Passer au contenu principal
Retour vers la liste des services
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
 

 

Jérôme Lechien

Parcours

Après l’obtention de son bachelier en médecine à l’UMH en 2008, Jerome Lechien a terminé ses études de médecine à l’ULB en 2012. Malgré le changement d’institution, il continua dès son premier master en médecine à entretenir des liens importants avec son université formatrice par le biais d’une collaboration étroite avec le service d’Anatomie et de Biologie Cellulaire du Professeur Saussez. Jérôme Lechien y travailla sur plusieurs sujets (rhinosinusites chroniques, MIF et cancer et implication des HPVs dans les cancers ORL) et encadra les travaux pratiques d’anatomie en 1ère, 2e et 3e médecine comme élève assistant. Il encadra également les travaux pratiques d’anatomie tête et cou à l’ULB au cours de la même période. Il réalisa son mémoire de fin de médecine dans ce même laboratoire avec comme sujet l’implication du MIF et du CD74/CD44 dans les cancers des voies aéro-digestives supérieures. Au terme de son cursus en médecine, il entreprit un master complémentaire en Sciences du langage à l’Université de Mons, une spécialisation en ORL et chirurgie cervico-faciale à l’ULB et sa thèse de doctorat en phoniatrie à l’UMONS. A coté de cela, Jérôme s’est investit dans la vie universitaire et étudiante en siégeant entre autre au Conseil d’Administration de l’UMH et de l’ULB, au Conseil de Gestion de l’hôpital Erasme ainsi qu’en occupant la Présidence du CIUM, comité représentant les étudiants en médecine de communauté française.

 

Projet de thèse

Son travail de thèse s’inscrit dans le cadre du projet parolpatos et dans sa formation d’ORL et de chirurgien cervico-faciale. Il a pour objet l’étude des modifications du signal vocal dans les pathologies ORL et neurologiques telles que les cancers, la sclérose en plaque ou la maladie de Parkinson. L’objectif est d’aboutir à une meilleure compréhension des phénomènes qui sous-tendent les modifications de la voix dans ces pathologies mais également d’adopter une approche clinique objective dans l’évaluation de la voix chez ces patients.