Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
 

 

Le doctorat 

La Recherche scientifique est un métier très stimulant, synonyme de spécialisation et de rencontres enrichissantes.  Vous êtes étudiant(e) en dernière année de Master, vous avez apprécié le travail de recherche qu’a constitué la réalisation de votre travail de fin d’études et  vous avez déjà pensé à une carrière dans recherche. Vous êtes peut être fait  pour le doctorat !


 

 
 
 
 
 
 
 

 


Définition générale

Le doctorat est défini par le Décret de Bologne comme étant le troisième cycle d’études universitaires menant au grade académique de Docteur. Ce grade, représentant la plus haute qualification d’un domaine d’étude particulier, est conféré par la Faculté à la suite de la présentation d’une thèse de doctorat.

Le métier de doctorant consiste en une combinaison de travaux de recherche et de formations personnalisées, permettant d’acquérir des connaissances scientifiques pointues ainsi qu’un large éventail de compétences transversales. Le Doctorant s’insère au sein d’un projet de recherche dans lequel intervient souvent toute une équipe de chercheurs. Il est accompagné de son promoteur, qui le supervise et le conseille et l’aide tout au long de ce projet de longue haleine.

On peut dire que le doctorant bénéficie de l’expérience de ses pairs et d’un encadrement tout au long de l’élaboration de sa thèse de doctorat. Le doctorant est aussi souvent amené à voyager pour mener à bien son projet de recherche.

Il est important de noter qu’en plus d’être un métier à part entière, le doctorat donne au chercheur une opportunité unique de se former tout au long de la durée de sa thèse.

 back to top  |  AVRE Main Menu 


Les étapes importantes du doctorat

1. Choix d’un promoteur, d’un sujet et d’un financement

Le candidat qui a terminé ses études supérieures à l’université, qui a une affinité avec une discipline ou un sujet particulier et qui souhaite entreprendre une thèse de doctorat à l’UMONS devra tout d’abord entrer en contact avec un membre du personnel académique de l’Université. Il s’agira de trouver un sujet dont l’intérêt est avéré pour le domaine de recherche concerné et qui rencontre les affinités du candidat. Il arrive régulièrement qu’un étudiant apprécie l’expérience de la rédaction de son travail de fin d’études et continue ensuite la collaboration avec son promoteur.

Une fois le sujet et le promoteur choisi, arrive le moment de définir les modalités de financement. La personne qui réalise un doctorat à l’UMONS peut être rémunérée de différentes façons étant donné que plusieurs sources de financement (interne ou externe à l’UMONS) et plusieurs statuts sont possibles (bourse ou contrat).

Plusieurs facteurs entrent en compte dans le choix de ces modalités de financement. Elles résultent toujours de d’une discussion avec le promoteur. Les doctorants de l’UMONS peuvent aussi, s’ils le souhaitent, bénéficier de l’aide et de l’expérience du Département de l’Administration et de la Valorisation de le Recherche (AVRE) (LIEN) dont un des rôle est diriger les candidats doctorants vers les sources de financement qui leur conviennent le mieux.

 back to top | AVRE Main Menu

2. Admission et inscription

Chaque personne souhaitant effectuer des études du 3ème cycle (doctorat) doit introduire une candidature auprès de la commission d’admission au doctorat afin de s’inscrire au doctorat et à la formation doctorale. Pour plus d'informations, cliquez ici.

Pour une 1ère inscription au doctorat et/ou à la formation doctorale, le candidat doctorant peut retirer le formulaire d’inscription auprès du Service Inscriptions, auprès du secrétariat de Faculté ou encore sur le site du Service Inscriptions.

Il remet le formulaire, dûment complété et accompagné de ses annexes, à son promoteur ou au secrétariat de sa Faculté. Attention: il est important de se réinscrire en thèse chaque année académique !

Enfin, le candidat au doctorat est tenu de payer un minerval lors de son inscription. Celui-ci est un peu plus élevé la première année.

 back to top | AVRE Main Menu

3. La formation doctorale

Au cours de la préparation de sa thèse, le doctorant est obligé de suivre une formation doctorale au terme de laquelle il obtiendra un certificat de formation à la recherche. Sans ce certificat le titre de Docteur ne pourra être décerné.

C’est le promoteur qui propose un programme de formation doctorale qu’il estime le plus adapté au projet de recherche du candidat.

 back to top | AVRE Main Menu

4. La recherche

Une fois les formalités remplies, le doctorantt commence à travailler sur son projet de recherche avec le soutien et l’aide de son promoteur. La durée de sa thèse va dépendre du type de financement qu’il lui aura été attribué.

De manière générale, une thèse de doctorat peut s’étaler sur 4 à 6 ans. Durant ce laps de temps, l’objectif du doctorant est de contribuer à la résolution d’un problème scientifique. Ses tâches seront les suivantes : effectuer une veille scientifique afin d’établir un état de l’art, mettre en place son apport personnel sur le sujet et ensuite communiquer ses résultats par la rédaction d’articles scientifiques et grâce à la participation à des séminaires, colloques (très souvent basés à l’étranger que ce soit en Europe ou partout dans le monde). Il participe donc de manière active à la connaissance scientifique sur le sujet ou la thématique qu’il a choisie.

Durant le doctorat, le candidat est évalué régulièrement par un comité d’accompagnement qui est composé de:

- du ou des promoteur

- de chercheurs confirmés

- d’experts extérieurs à l’université

Ce comité d’accompagnement entend régulièrement le candidat et évalue l’avancement des travaux de ce dernier. Cette évaluation n’est pas un simple contrôle mais bien une occasion pour le doctorant de présenter l’état d’avancement de sa thèse. L’évaluation du comité d’accompagnement peut permettre au doctorant d’adapter son programme de recherche si cela s’avère nécessaire.

 back to top | AVRE Main Menu

5. Rédaction

Au terme de ces quelques années de recherche, le doctorant est tenu de rédiger un document qui doit être une dissertation originale dans la discipline choisie et peut prendre deux

formes :

- Soit une thèse à caractère personnel,

- Soit un essai faisant apparaître l'intérêt d'un ensemble cohérent de publications et de réalisations dont le candidat est auteur ou coauteur.

 back to top | AVRE Main Menu

6. La soutenance

La soutenance de la thèse s’effectue en 2 étapes : la défense privée et la défense publique.

La défense privée permet au jury de thèse de statuer sur la recevabilité de la thèse. Elle se déroule à huis clos en présence de la moitié au moins des membres du jury de thèse. Après avoir examiné le travail, le jury peut entendre le candidat et procède, en sa présence à la discussion du travail. Il émet ensuite ses recommandations sur la suite de la procédure.

Si ces discussions sont positives, le candidat pourra passer à l’étape de la défense publique. Il est aussi possible que le jury demande des ajustements sur le travail qui a été présenté. Le candidat bénéficie d’un laps de temps afin d’effectuer des corrections.

La défense publique consiste en une présentation publique de la thèse. Le doctorant est invité à réaliser un exposé oral de 40-45 minutes accessible à un public plus large qu'à des spécialistes du domaine. Au terme de cette présentation, s’ensuit une séance de questions-réponses. Le jury se retire pour délibérer et procède ensuite ou non à la proclamation du titre de Docteur.

 back to top | AVRE Main Menu

7. Le doctorat, et après ?

L'expérience professionnelle acquise par la recherche et les compétences accumulées durant le doctorat sont très précieuses pour le futur employeur, qu'elles soient scientifiques ou transversales (gestion de projet, gestion du temps, communication orale, esprit de synthèse, langues, etc.), Contrairement à certaines idées reçues, le doctorat est un atout dans le CV d'un ingénieur qui cherche du travail, plus particulièrement dans le domaine de la recherche.

L'un des objectifs du doctorat est de préparer au métier de chercheur. Il existe des mandats de chercheurs dans les universités, mais ce n'est pas le seul débouché. Dans la majorité des cas, les docteurs exercent leur profession en dehors du secteur universitaire, dans diverses fonctions à hautes responsabilités.

« Pour le jeune docteur, il s'agit donc avant tout d'effectuer un choix concernant l'environnement dans lequel il souhaite travailler et de se poser des questions sur le type de profession qu'il envisage. Il faut savoir que seule une très faible proportion des offres d'emplois fait l'objet d'une publication dans la presse ou sur internet. Comme d'autres personnes hautement qualifiées, les docteurs trouvent généralement un travail par la présentation d'une candidature spontanée ou la création d'une fonction qui n'existait pas encore jusque-là.» (Source : www.doctorat.be)

 back to top | AVRE Main Menu


Les possibilités de carrière du docteur

Le secteur privé

Les entreprises de production disposant d’un service de Recherche et Développement sont évidemment des employeurs potentiels de docteurs. A cet égard les « spin-offs » dédiées à l’innovation et à la recherche de pointe offrent des débouchés de choix pour les docteurs. On trouve par ailleurs des docteurs dans les entreprises de services telles que les bureaux d’études, les banques, les compagnies d’assurances, les sociétés de consultance, les maisons d’édition spécialisées dans les publications scientifiques et les associations. Les centres collectifs de recherche agréés, les centres de recherche privés ou rattachés à une université peuvent également offrir de multiples possibilités d’embauche.

 back to top | AVRE Main Menu

Le secteur public

Les universités engagent des chercheurs avec doctorat dans le cadre de projets de recherche mais également comme personnel au cadre, c’est-à-dire payé par l’allocation de fonctionnement qui leur est octroyée. Le personnel au cadre est soit de type scientifique (premier assistant et chef de travaux), soit de type académique (chargé de cours et professeur). Les universités comptent en outre des docteurs dans certains services administratifs comme par exemple les cellules de valorisation (AVRE à l’UMONS). Les postes vacants sont publiés au Moniteur belge ainsi que sur les sites internet des universités .

Le FRS-FNRS offre la possibilité à un chercheur, après avoir obtenu son doctorat, de poser sa candidature à un poste de chargé de recherches. Le FNRS attribue aussi des mandats permanents (contrats à durée indéterminée) à des chercheurs confirmés. Il existe pour ces postes permanents trois niveaux successifs: chercheur qualifié, maître de recherches et directeur de recherches. Les règlements et formulaires de candidature sont disponibles sur le site du FNRS .

Les Hautes Ecoles peuvent offrir des carrières d’enseignant aux Docteurs. Cependant, au cours des premières années de sa carrière, l’enseignant devra obtenir le certificat d’aptitude pédagogique approprié à l’enseignement supérieur (CAPAES) en Hautes Ecoles pour remplir les conditions de nomination ou d’engagement à titre définitif.

Les organismes publics de recherche tels que les Archives de l'Etat, la Bibliothèque royale de Belgique, le Centre d'Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines, l'Institut d'Aéronomie spatiale de Belgique, l'Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique, L'Institut royal du Patrimoine artistique sont des pourvoyeurs d’emplois pour les docteurs,

Le personnel des administrations, que cela soit au niveau fédéral, communautaire ou régional, est recruté via le bureau de sélection de l'administration fédérale appelé SELOR.

 back to top | AVRE Main Menu

Le postdoctorat

Une personne ayant acquis le grade de docteur peut se voir attribuer un mandat de recherche pour une courte période, dans une autre université que celle où il a obtenu son titre.

L’occasion pour le jeune docteur d’approfondir les connaissances acquises lors de son doctorat.

Certains financements offrent la possibilité à un docteur d’effectuer un séjour postdoctoral à l’étranger.

 back to top | AVRE Main Menu

La création d’entreprises

Le doctorat est une formidable opportunité de devenir un spécialiste dans son domaine scientifique. Certains chercheurs, qui travaillent dans les domaines des sciences appliquées ou proches de celles-ci, ont l’opportunité de travailler et de fournir des solutions à des problèmes très concrets de notre société. Si les recherches peuvent parfois déboucher sur des brevets, elles peuvent aussi conduire à la création d’entreprise et permettre ainsi au chercheur de révéler son esprit d’entreprendre et son potentiel d’entrepreneur. Une des autres opportunités de carrière du docteur est donc la possibilité de créer son entreprise ou sa société, avec la guidance et le soutien de structures adéquates.

 back to top | AVRE Main Menu

 

Témoignages

1. Carine Capiau, Phd - GSK Biologicals

Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre une thèse de doctorat?

Le travail de fin d’études m’avait donné l’envie de poursuivre des travaux de recherche pour étendre mes connaissances scientifiques et techniques. J’ai effectué ma thèse de doctorat dans le Service de Chimie Biologique du Professeur J. Dirck. Le domaine de recherche s’inscrivait dans l’étude des relations structure-activité du fragment B de la toxine diphtérique.

Qu’est-ce que le doctorat vous a apporté ?

Les années de doctorat m’ont permis :

  • d’étendre mes expertises scientifiques et techniques
  • d’acquérir de l’expérience dans divers domaines tels que: la gestion d’un projet, l’organisation du travail, le travail en équipe au sein de l’université et via des collaborations externes, la résolution des problèmes, la présentation orale et écrite des travaux de recherche
  • de développer des traits de comportement tels que : La persévérance, l’intégrité, la rigueur/discipline et le respect des autres.

 Que s’est-il passé pour vous après la défense de votre thèse?

J’ai entrepris un postdoctorat après avoir obtenu une bourse de recherche de l’IRSIA. Ce travail s’inscrivait dans le cadre d’une recherche appliquée entre l’Université et la société pharmaceutique SmithKline – RIT (aujourd’hui GlaxoSmithKline). Ces deux années m’ont permis de me familiariser avec l’entreprise et d’effectuer un stage dans un autre institut de recherche (Max Planck Institute à Berlin). Ensuite, j’ai suivi les cours à l’Institut d’Administration et de Gestion de Louvain-la-Neuve pour obtenir le diplôme de Management. Ces cours m’ont permis d’étendre mes connaissances dans d’autres domaines d’expertise qui me semblaient utiles pour commencer une carrière en entreprise.

Pouvez-vous décrire votre poste actuel?

J’ai réalisé jusqu’ici ma carrière chez GSK Biologicals dans le domaine des vaccins en occupant différentes fonctions : 15 années en Recherche et Développement, 10 années en tant que responsable de l’Industrialisation et j’occupe depuis quelques mois une fonction aux Affaires Réglementaires.

 back to top | AVRE Main Menu

2. Laurent Arnone, PHD - Chargé de cours, Faculté Warocqué

Quel a été votre parcours avant le doctorat ?

Après l’obtention de ma licence, j’ai suivi un master complémentaire en communication d’entreprise durant un an à l’UCL. Je ne me destinais par forcément à ce genre de carrière jusqu’au jour où j’ai reçu une annonce pour un poste qui entrait tout à fait en phase avec mes aspirations: le marketing.

Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre une thèse de doctorat?

A l’époque, je n’avais pas forcément une très bonne idée de ce que le doctorat représentait mais je voulais approfondir mes connaissances dans ce domaine qui m’intéressait particulièrement. La perspective de pouvoir donner des cours me semblait aussi assez séduisante.

Qu’est-ce que le doctorat vous a apporté ?

Cela m’a permis d’acquérir une expertise reconnue dans un domaine qui me plaisait au départ. En surmontant les difficultés liées à la gestion du temps et grâce aux challenges des deadlines j’ai acquis une certaine confiance en mes capacités d’organisation. J’ai également pu construire un réseautage utile dans le domaine qui m’intéresse. Enfin, je dois l’avouer, la réalisation de ma thèse a été un challenge personnel, un aboutissement qu’il faut poursuivre pour soi – même: aller jusqu’au bout du travail entamé, surmonter les difficultés et parfois se surpasser. On en ressort avec une certaine fierté mais aussi avec une réelle satisfaction du travail accompli.

 back to top | AVRE Main Menu

3. Cathy Crunelle, PhD - Laborelec

Quel a été votre parcours avant le doctorat ?

En dernière année d’études d’ingénieur électricien à la FPMs, le sujet de mon mémoire portait sur les fibres optiques. Diplômée en juin 2001 après un séjour d’échange d’un semestre en Angleterre, j’ai commencé mon parcours professionnel à IMEC, grand centre de recherche en microélectronique, situé à Leuven. Après 3 ans de microélectronique, j’avais envie de retravailler avec des fibres optiques et c’est pourquoi j’ai contacté mon ancien promoteur afin de lui demander des noms d’entreprises où postuler.

Après une courte énumération, il m’annonce qu’ils sont à la recherche de doctorants pour travailler sur un projet de capteurs à fibres optiques. Mon profil était tout indiqué. Je n’ai pas cherché plus loin. La perspective de retourner à la FPMs pour travailler sur un sujet que j’apprécie a très vite guidé mon choix. Je n’ai pas considéré l’aspect financier en débutant la thèse (autrement, je ne l’aurais pas débutée).

Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre une thèse de doctorat ?

Et pourquoi pas ? C’est vrai qu’en général, une fois qu’on a le pied dans le privé, on ne fait pas la route dans l'autre sens. J’ai pourtant trouvé intéressant d’avoir vu l’approche du secteur privé pour démarrer ma thèse, étant alors plus avertie de la manière de travailler et des besoins et attentes d’un interlocuteur « de terrain ». Le fait d’avoir un diplôme complémentaire n’est pas ce qui m’a décidée. Je voulais, à ce moment-là, rester dans une carrière de chercheur et, en université, cela se fait presqu’uniquement via ce biais.

Qu’est-ce que le doctorat vous a apporté ?

La thèse m’a apporté 4 années d’un travail agréable au sein d’une équipe formidable. J’ai eu l’occasion de participer à des conférences de grande qualité, de voyager jusqu’au bout du monde, de rencontrer de nombreux passionnés, etc.

Une fois sorti de ce petit monde, on se rend compte qu’une thèse apporte de la crédibilité lorsqu’on travaille dans le privé. Ce type de profil est apprécié. Les doctorants sont des personnes capables de mener à bien un projet de taille, sous tous ses aspects. C’est également quelqu’un qui a des qualités de pédagogue et qui aime aller au fond des choses.

Pouvez-vous décrire votre poste actuel ?

Je travaille chez Laborelec, centre de compétence technique de plus de 250 experts et techniciens dans les domaines couvrant toute la ligne de vie de l’énergie : production, distribution et transport, utilisation. Je travaille pour ma part du côté de l’utilisation de l’énergie, et en particulier de son utilisation rationnelle. Cela consiste à réaliser des audits énergétiques dans l’industrie et le tertiaire, afin d’optimiser les procédés de fabrication et/ou les systèmes de chauffage/climatisation/éclairage, etc.

Je m'occupe également sur des projets de recherche liés aux énergies renouvelables, comme les pompes à chaleur pour lesquelles nous travaillons notamment en collaboration avec le service de Thermodynamique de la FPMs. C’est toujours un plaisir de revenir à la maison !

 back to top | AVRE Main Menu

4. Mathieu Surin, PHD - Chercheur Qualifié FNRS

Quel a été votre parcours avant le doctorat ?

Lorsque j’ai entamé ma licence en Chimie en 1997, je ne me destinais pas à la recherche. Le déclic s’est produit lors de mon mémoire de fin d’études. L’opportunité m’a ensuite été donnée de poursuivre un doctorat dans le domaine des nouveaux matériaux. Pendant la préparation de ma thèse de doctorat, j’ai eu la chance de faire de nombreux séjours à l’étranger, notamment à l’Université de Californie à Santa Barbara, dans le laboratoire d’un Prix Nobel. Mon postdoctorat m’a ensuite emmené dans un Institut réputé de Strasbourg. Enrichi de ces différentes expériences, je suis revenu à l’UMONS, et le FNRS m’a permis de m’engager dans un nouveau domaine, la conception de matériaux inspirés par le monde vivant. La recherche est une carrière stimulante, qui ouvre la voie aux échanges d’idées avec des chercheurs du monde entier.

Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre une thèse de doctorat ?

J’ai vraiment beaucoup apprécié le travail de recherche et l’ambiance dans le laboratoire lors de mon mémoire de fin d’études. La motivation est venue de mon promoteur, Roberto Lazzaroni, qui m’a proposé de tenter un concours de bourses de thèse (FRIA).

Qu’est-ce que le doctorat vous a apporté ?

Surtout une certaine ouverture d’esprit, la recherche tend à cultiver la curiosité et l’échange d’idées.

Que s’est-il passé pour vous après la défense de votre thèse ?

La fête bien sûr ! Plus sérieusement, d’autres projets sont venus très vite, et je suis parti en postdoctorat pendant une année dans un Institut de Strasbourg, ce qui a été une expérience très enrichissante. J’ai ensuite postulé pour un mandat de chargé de recherches au FNRS et ce poste m’a permis de revenir à l’UMONS et d’y développer mon propre projet.

Pouvez-vous décrire votre poste actuel ?

J’ai la chance d’être chercheur qualifié au FNRS, ce qui me permet de développer mes recherches avec beaucoup de liberté. Je m’implique également dans d’autres projets avec mes collègues de L’Institut de Chimie, et nous essayons de développer des approches originales, que ce soit en recherche fondamentale ou plus ciblée.

 back to top | AVRE Main Menu