Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
Hippolyte/Jean Yeuwain 

Jean Yeuwain, Hippolyte, manuscrit du XVIe siècle


L’Hippolyte de Jean Yeuwain est un document précieux pour l’étude de la culture des humanités à Mons avant l’arrivée des Jésuites. Reflet de la façon dont un bourgeois hainuyer à l’aube du XVIIe siècle écrivait, il témoigne de la redécouverte du théâtre antique par les érudits de la Renaissance.
Peu de renseignements nous sont parvenus sur l’auteur. Jean Yeuwain est né à Mons et mort avant 1626, âgé de moins de 60 ans. Comme son frère André (ca 1565-1639), il est l’auteur de poésies latines et de tragédies inédites. Les deux frères, fils de Nicolas et Jeanne Legrand ont fait leurs classes au Collège communal de la rue de Houdain fondé en 1545. La famille Yeuwain est installée à Mons depuis plusieurs générations et Jean est   un «bourgeois de Mons».
Il achève, en 1591, une adaptation de la tragédie de Sénèque, Hippolyte. Il a pu utiliser deux traductions de son temps, celle de Martin-Antoine Delrio, parue à Anvers en 1576 ou celle de François van Raphelengen à Leyde en 1589. Sa traduction se distingue par le travail de versification alors que les plus récentes sont en prose. Cependant ce manuscrit, même s’il présente des corrections, ne sera jamais édité malgré le testament d’André qui voulait réunir ses œuvres et celles de son frère en un volume collectif. Corrigé à plusieurs reprises par l’auteur puis par des amis de son frère, le prêtre Jean Laurent et l’avocat Pierre Cospeau chargé de l’édition posthume, il reste à l’état de manuscrit parce que les héritiers protestent et font échouer le projet de publication. Les œuvres d’André et de Jean Yeuwain restèrent sans doute aux mains de l’exécuteur testamentaire et on perd leur trace jusqu’en 1865 où elles reparaissent à la vente publique de la bibliothèque d’Hippolyte Rousselle. La ville acquiert le manuscrit de Jean Yeuwain ainsi que les œuvres de son frère André. Le texte de l’Hippolyte sera publié, avec une introduction, par Gontran Van Severen en 1933.
Le manuscrit se présente comme un simple cahier (21,5 x 17 cm) sans couverture de 38 feuillets numérotés, en papier, reliés par groupe de 4 feuillets par des cordonnets formant des nœuds au dos. L’écriture est sans doute celle de Jean Yeuwain car il est peu probable que l’auteur ait confié celui-ci à un copiste. Outre les corrections apportées par l’auteur, le texte présente des annotations de son frère André et des variantes de Cospeau. Le manuscrit est conservé dans un portefeuille qui contient des poésies d’André et Jean Yeuwain et une partie du dossier de succession d’André Yeuwain.

Chrisitne Gobeaux

BIBLIOGRAPHIE

Paul FAIDER, Catalogue des manuscrits de la bibliothèque publique de la ville de Mons, Gent-Paris, 1931, p. 386-387 ; Catherine GRAVET, Par des Montois, pour des Montois quatre siècles de théâtre à Mons dans Mons & le Hainaut, textes réunis par Catherine Gravet, Illustrations rassemblées par Christine Gobeaux, Mons, Université de Mons, 2013, p. 155-156 ; Ernest MATTHIEU, Biographie du Hainaut, Enghien, A. Spinet, t. 2, 1905, p. 425 ; Gontran VAN SEVEREN, Jean Yeuwain. Hippolyte tragédie tournée de Sénèque (1591). Édition critique précédée d’une introduction et accompagnée d’une étude littéraire, Mons, Société des Bibliophiles belges séant à Mons, 1933 (Publication n° 37)