Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
 
Carte du Hainaut, Surhon 

           Cartes et plans 

 

     Carte des comtés de Hainaut et de Namur, Mercator

     Carte du comté de Namur, Ortelius

     Carte du Hainaut, Surhon

 

Carte des comtés de Hainaut et de Namur                                                                                                               La carte des comtés de Hainaut et de Namur est parue, en 1585, dans la troisième partie de l’atlas de Mercator, intitulée Belgii inferioris Geographicae tabulae. Gérard Mercator s’est inspiré de la carte du Hainaut de Jacques Surhon pour réaliser celle-ci. Le territoire représenté est plus vaste puisqu’il englobe le Hainaut, le Cambrésis et le comté de Namur. Cependant, la limite du Hainaut est semblable à celle indiquée par la carte de Surhon de 1572/1579 sauf en amont de Tournai et à hauteur de Mariembourg. Certains toponymes ont été corrigés.

Gérard Mercator (Rupelmonde 1512 – Duisburg 1594) : Après des études à l’université de Louvain, il se consacre aux mathématiques, à l’astronomie, à la cosmographie et à la construction d’instruments scientifiques et de globes terrestres et célestes. Il fut l’un des fondateurs de la géographie moderne. Sa projection, avec ses latitudes croissantes, révolutionne le monde de la cartographie. Il est le premier à utiliser le terme d’atlas.

Christine Gobeaux

BIBLIOGRAPHIE

H. ELKHADEM, Genèse de la cartographie scientifique. Son évolution après l’indépendance de la Belgique, dans Images de Mons en Hainaut du XVIe au XIXe siècle, Bruxelles, La Renaissance du livre, 2006, pp. 26-29; Cl. LEMOINE-ISABEAU, Cartes topographiques gravées du Hainaut, dans Images de Mons en Hainaut du XVIe au XIXe siècle, Bruxelles, La Renaissance du livre, 2006, pp. 76-77

 

Carte du comté de Namur
La carte du comté de Namur numérisée figure dans l’édition française du Theatrum Orbis Terrarum d’Abraham Ortélius, parue en 1598 à Anvers. Elle s’inspire de la carte dressée en 1555 par Jean Surhon, fils de Jacques.

Abraham Ortelius (Anvers, 1527-1598) : Ortélius a pratiqué, avec ses sœurs, la mise en couleur de cartes avant de devenir antiquaire, libraire et géographe. Sa contribution majeure à la cartographie est la publication, en 1570 à Anvers, de son atlas intitulé Theatrum Orbis Terrarum. Considéré comme le premier atlas géographique, le Theatrum rencontre un grand succès auprès du public. De 1570 à 1612, 41 éditions se succèdent en latin, allemand, français,… et le nombre de cartes ne cesse d’augmenter.

Christine Gobeaux

BIBLIOGRAPHIE

H. ELKHADEM, Genèse de la cartographie scientifique. Son évolution après l’indépendance de la Belgique, dans Images de Mons en Hainaut du XVIe au XIXe siècle, Bruxelles, La Renaissance du livre, 2006, pp. 32-34;

 

Carte du Hainaut                                                                                                                                                       En 1572, Abraham Ortélius (1527-1598) fait graver par Frans Hogenberg (1535-1590) une copie de la carte du Hainaut de Jacques Surhon pour l’insérer dans son atlas Theatrum orbis terrarum. Le duc d’Albe lui refuse l’autorisation de publier celle-ci et exige la destruction du cuivre. Seules quelques épreuves déjà imprimées nous sont parvenues. En 1579, le climat politique s’étant apaisé, Ortélius obtient enfin la permission de publier la carte du Hainaut comme l’atteste le privilège imprimé dans l’angle supérieur droit de la carte.
La carte du Hainaut de Surhon est très riche : la frontière du Hainaut est soigneusement indiquée sauf à l’est où elle s’interrompt. Le relevé des rivières, de leurs sources, des étangs et marais est précis. Si la présence de bois est marquée, celle des cultures n’est pas indiquée. Les localités, accompagnées d’un signe conventionnel, sont très nombreuses au point d’avoir leur nom déformé, déplacé ou raccourci par le graveur. Par contre, les voies de communications sont omises.

Jacques Surhon (Mons, ? -1557) : Orfèvre et cartographe de l’empereur Charles Quint, il reçut le titre d’ingénieur des cartes. À la demande de l’empereur, il achève en 1548 une carte du Hainaut. Le levé en est si précis que la diffusion de la carte est purement et simplement interdite. Cette carte est très importante pour l’histoire de la cartographie du Hainaut puisque c’est elle qui est à la base de toutes les cartes du Hainaut jusqu’au XVIIe siècle. Surhon réalisa, également à la demande de l’empereur, une carte du duché de Luxembourg et du comté de Chiny ainsi qu’une carte de l’Artois. Ces cartes seront publiées dans le Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortélius, en 1579.

Christine Gobeaux

BIBLIOGRAPHIE

Biographie nationale, t. 24, col. 271-272 ; Cl. LEMOINE-ISABEAU, Cartes topographiques gravées du Hainaut, dans Images de Mons en Hainaut du XVIe au XIXe siècle, Bruxelles, La Renaissance du livre, 2006, pp. 63-64, 74-75)