Passer au contenu principal
retour vers la liste des services
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
Service de S. HENDRICK

Psychologie clinique systémique et psychodynamique

 

Chef de service : Professeur Stéphan Hendrick

Le service propose des enseignements relatifs à deux des quatre principaux modèles en psychologie clinique : le modèle psychodynamique et le modèle systémique.

Psychologie clinique psychodynamique ?

L’approche psychodynamique propose une manière opérante de décrire l’univers mental des personnes. Cet univers mental, est parfois envahi par des conflits psychiques pénibles et répétitifs qui échappent à la conscience et à la compréhension. Pour aller mieux, il importe de clarifier ces conflits et de leur donner du sens.
Cette approche s’appuie sur une conception du psychisme inaugurée par Sigmund Freud, mais qui a fait ensuite l’objet d’élaborations nouvelles (Winnicott, Luborsky, Tisseron, Lebovici, Laplanche, Dejours …) et aujourd’hui, l’objet de nombreuses recherches.  Cette conception repose sur l’idée que nos pensées, nos émotions et nos actes,  sont gouvernés par des mobiles inconscients (pulsions), forgés au cours notre enfance.  La satisfaction des pulsions est tantôt réprimée, tantôt ajustée en fonction des contraintes morales et des interdits sociaux.  Cette situation de conflit façonne notre personnalité et peut conduire à un équilibre mental, voire à des processus créatifs ou au contraire à des états psychopathologiques divers, sources de souffrances parfois intenses.

Psychologie clinique systémique ?

L’approche systémique souligne l’importance de notre univers relationnel. L’homme se construit, grandit, vit et change en grande partie pour/et par les autres. Il est donc logique de chercher des solutions efficaces et gratifiantes en (re)façonnant nos liens avec les autres !
Cette approche s’appuie sur une conception du psychisme qui doit beaucoup à Grégory Bateson.  Dans cette approche, nos pensées, nos émotions et nos actes,  sont gouvernés par le milieu humain qui nous entoure et nous façonne en permanence.  Ce processus débute certes durant l’enfance, au sein de la famille, mais aussi sous l’effet des générations précédentes (transgénérationnel) et complémentairement, sous l’effet des interactions que nous entretenons ici et maintenant !  En conséquence, un symptôme, une souffrance peut certes émerger chez un individu, mais ne peut-être compris que dans le contexte de l’environnement humain de cet individu : sa famille, son couple, son milieu de vie.  Par conséquent, la thérapie systémique mobilise presque toujours la présence de plusieurs personnes – conjoint, parents, enfant(s), etc – parce que ce n’est que dans ce contexte qu’une compréhension puis un changement  peuvent intervenir de façon durable.

En conclusion, le modèle psychodynamique et le modèle systémique apparaissent comme deux faces d’une même monnaie, rendant compte de la complexité de l’humain, à la fois confronté à son monde interne et son univers externe.