Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 

Nouvelle édition du "speed dating sur les débouchés en droit" !

Le speed dating, quid ? Une matinée d'information sur les perspectives de carrières en Droit. Depuis l'année passée, l'Ecole de Droit de l'Université de Mons a instauré une activité particulière qui se donne pour ambition de faire rencontrer, en une quinzaine de minutes par table, des étudiants, inscrits en 3e année de Bachelier en Droit, et des juristes issus de divers "milieux juridiques". Explications.

Cette année encore, le "speed dating sur les débouchés en droit" a été accueilli chaleureusement par les étudiants de Droit. Et ça se comprend ! D'un côté, il y a les indécis qui n'ont pas encore une idée précise des innombrables possibilités qu'offrent les études de Droit en termes de débouchés. De l'autre, il y a les "décidés" qui ont parfois une idée bien arrêtée de ce qu'ils feront plus tard mais qui, néanmoins, à l'issue d'un échange, se laissent surprendre à s'ouvrir à d'autres perspectives d'orientation.

Cette séance d'information est en tout cas la bienvenue en ces temps où les étudiants se posent de plus en plus de questions sur leur avenir. Rassurer les étudiants sur le monde du travail et les craintes qu'il suscite chez certains, transmettre la passion de leur métier, les informer sur les avantages et les inconvénients de leur fonction, leur faire découvrir la réalité du terrain,...étaient les missions principales des divers intervenants sollicités pour l'occasion. "Certains agents n'ont pas hésité à nous fournir leur carte de visite afin de les recontacter dans le but d'effectuer un stage d'observation dans leur cabinet/étude ou tout simplement pour leur reposer des questions sur leur métier", explique Alexia Haurez, étudiante en Droit.

"Cette activité m'a permis d'ouvrir les yeux sur ce qui était important dans les différents débouchés : les langues pour l'Union européenne, les grades pour certains cabinets, les activités extra-scolaires pour d'autres,..." confie Sarah Dulyere, aussi étudiante en Droit. Et d'ajouter : "J'ai appris notamment que la spécialisation en Master n'influencera pas forcément notre carrière ; on peut très bien changer tout à fait de secteur juridique !". Quant à Robin De Nolf, également Bachelier en Droit, il a pu appréhender un aspect du droit qu'il affectionne tout particulièrement. "Certaines rencontres m'ont aidé à mieux comprendre les tenants et les aboutissants du droit pénal qui est le domaine dans le lequel je voudrais exercer en tant qu'avocat. Leurs conseils m'ont permis de choisir avec plus de prudence les cours à option que je prendrai en Master".

Céline Mouthuy, une autre étudiante, met de nouveaux points positifs en exergue : "Sait-on réellement en quoi consiste la vie d'un huissier de justice, ou même d'un avocat ? Non. Avoir l'opportunité de discuter avec ces professionnels du droit, qui ont tous pris des chemins très variés, c'est très enrichissant". Et de finir : "C'est très motivant, à un moins du blocus, de se rappeler pourquoi on étudie et pourquoi on aime ce qu'on étudie !"

Nos remerciements vont à :

Eric Gillard, Directeur Régional Perception et Recouvrement, SPF Finances.
Jean-Marie Dermagne, avocat pénaliste, Vice-Président des avocats pour la démocratie.
Yves Bogaert, huissier de justice.
Déborah Fries, avocate au barreau de Mons, médiatrice de dettes.
Renata Krizsai, chef de secteur à EPSO, Office européen de sélection du personnel.
Manuella Senecaut, avocate au barreau de Mons, médiatrice de dettes, députée fédérale.
François Stévenart Meeûs, conseiller à la Cour d'appel de Mons.
Nadège Van Hecke et sa collègue Bénédicte Flamend, Direction du service juridique, du contentieux et des statuts à la police fédérale.
Alexia Autenne, Professeure à l'UCL et à l'ULB, chargée de cours à l'UMONS, chercheure qualifiée au F.N.R.S.
Axelle Dinant, Responsable du service juridique, Assurances et Gestion des Instances, IDEA.
Pierre-Yves Druenne et sa collègue Sylvine Vandenbroucke, BNP Paribas Fortis.
Olivier Verheecke, Bureau du Médiateur européen.
Aude Paternoster, notaire.