Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 


Photo du centre: le lauréat G. Kouroussis, en compagnie des
Profs. Wanming Zhai (SWJTU - Southwest Jiaotong University)
et Kelvin Wang (Oklahoma State University , USA et président
du Transportation & Development Institute of ASCE - American
Society of Civil Engineering).

Un article consacré à l’étude des vibrations produites par les convois ferroviaires primé en Chine

Du 10 au 12 juillet 2017 s'est déroulée à Chengdu, en Chine, l'International Conference on Rail Transportation (ICRT 2017). Lors de cette importante manifestation, Georges Kouroussis, du service de Mécanique rationnelle, Dynamique et Vibrations de la Faculté Polytechnique de Mons, a obtenu le prix "Best paper award for young professionals" pour l’article intitulé « "hybrid numerical-experimental assessment of railway ground vibration in urban areas", coécrit avec Konstantinos Vogiatzis (Associate Professor à l'Université de Thessalie, en Grèce) et David Connolly (Lecturer à Heriot-Watt University, en Grande-Bretagne).

Ce prix a été officiellement remis lors de la cérémonie de clôture. Il récompense la meilleure contribution technique et est décerné sur des critères de qualité et de rigueur scientifique et d'originalité de la démarche scientifique mise en œuvre. Le travail des auteurs primés propose une approche alternative à la méthode dite « FRA2012 » (méthode américaine proposée par la Federal Railroad Administration) pour le calcul des vibrations induites par le passage de véhicules ferroviaires.

A l'instar de la méthode FRA2012, qui n'est que généralement utilisée pour les lignes à grande vitesse, la méthode de calcul ici élaborée se focalise sur la problématique des lignes urbaines (tram, métro, ...) pour lesquelles des défauts de voie (joint de rail, aiguillage, etc.) sont abondamment présents et génèrent des niveaux vibratoires élevés. Elle combine ainsi résultats numériques (simulation multicorps couplée à la méthode aux éléments finis) et expérimentaux (fonctions de transfert), ce qui lui confère un temps de calcul tout à fait raisonnable (comparé aux méthodes 100% numériques).

Ce travail définit aussi les hypothèses fondamentales de calcul et est illustré par des résultats liés au tram de Bruxelles.