Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 
Facebook Twitter More...

L’UMONS et l'ULB ont mis au point un banc d’essais pour reproduire et étudier les anévrismes cérébraux

2 à 5% de la population adulte va développer un anévrisme cérébral au cours de sa vie et environ 5% de ces patients sera victime d’une rupture pouvant conduire à la mort ou à une invalidité importante.

En cas d’intervention clinique, le traitement d'un anévrisme est soit chirurgical, soit endovasculaire; la stratégie étant liée à la nature même de l’anévrisme, de sa localisation et de ses caractéristiques morphologiques.

Actuellement, la pose d’une prothèse endovasculaire métallique (appelée "stent") dans un vaisseau sanguin demeure encore très empirique et fortement liée à l’expérience du neuroradiologue.

Pour y remédier, la connaissance a priori des interactions « Sang-Stent-Vaisseau », mais également des mécanismes biologiques fins qui président à la formation du thrombus, est un passage obligé.

Depuis maintenant huit années, le service Fluides-Machines de la Faculté Polytechnique de Mons de l’UMONS, dirigé par le Prof. Grégory Coussement, et le Laboratoire de Médecine Expérimentale (ULB 222 Unit) de la Faculté de Médecine de l’ULB au CHU de Charleroi, dirigé par le Dr Karim Zouaoui Boudjeltia, travaillent conjointement à l’élaboration d’une technologie permettant de reproduire in vitro en dehors du corps humain des conditions dynamiques pulsatiles de différentes localisations artérielles mais également des anévrismes.

Un brevet vient d’être déposé conjointement par l’UMONS et l’ULB (auteurs : Kamil CHODZYNSKI, Grégory COUSSEMENT et Karim ZOUAOUI BOUDJELTIA). Il concerne un banc d’essais qui permet, entre autres, de reproduire dans des anévrismes en silicone, conçus à partir d’images d’anévrismes en trois dimensions de patients, des flux pulsés complexes. Etant donné les difficultés à étudier les anévrismes in vivo, cet outil devrait permettre d’étudier le comportement de nouvelles prothèses soumises à des conditions réelles et de comprendre les modifications des flux à l’intérieur des anévrismes lors de leurs traitements, cela en toute sécurité.

Cette technologie a pu être développée grâce à des financements provenant du mécénat privé et public, au travers d'un projet Biowin de la Région wallonne. Elle a bénéficié également de l’appui de la société Cardiatis, du soutien du CHU de Charleroi et s’intègre dans le projet européen Thrombus.

Plus d'infos?

Prof. Grégory Coussement Université de Mons (Université de Mons)

Faculté Polytechnique de Mons – Service Fluides-Machines

Gregory.Coussement@umons.ac.be

Dr Karim Zouaoui Boudjeltia

Université Libre de Bruxelles

Faculté de médecine au CHU de Charleroi

Laboratoire de Médecine Expérimentale (ULB 222 Unit)

karim.zouaoui@chu-charleroi.be