Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 
Facebook Twitter More...

Les étudiants de la Faculté de Traduction et d’Interprétation – EII de l’UMONS aident le Parlement européen à compléter ses glossaires en micro-finance

L’UMONS et l’Unité Coordination de la terminologie (baptisée TermCoord) du Parlement européen à Luxembourg ont signé un accord de coopération académique portant sur la terminologie. 

Deux facultés de l’UMONS sont impliquées dans cet accord : la Faculté de Traduction et Interprétation (FTI-EII), par le biais de l’unité de recherche Traduction Spécialisée et Terminologie et la Faculté Warocqué par le biais du Centre Européen de Recherche en Micro-finance (CERMi).

Avec cette signature, l’UMONS participe à un projet-pilote qui vise à mettre sur pied des collaborations étroites entre TermCoord et des universités qui proposent des cours de terminologie. Le principal objectif de cette coopération consiste à donner l'occasion aux étudiants d'acquérir de l'expérience pratique en terminologie en alimentant la base de données centralisée en terminologie de l’Union européenne. Parce qu’elle aide à la compréhension d’un domaine du savoir, la terminologie est un outil précieux pour les traducteurs et les interprètes.  A l’UMONS, cette discipline est enseignée à tous les étudiants de première Master en traduction ou en interprétation. 

Avec ses 27 Etats-membres, ses 23 langues officielles et l’obligation de traduire toute la législation européenne dans ces 23 langues, l’UE a un besoin toujours grandissant de gestion terminologique. Depuis 2004, elle dispose d’une infrastructure web standardisée pour toutes les ressources terminologiques de l’Union européenne baptisée IATE pour « InterActive Terminology for Europe ».  Tout traducteur d’une institution européenne peut ajouter ou mettre à jour les informations contenues dans cette base.  Aujourd’hui, celle-ci contient environ 8,7 millions de termes et sa version publique est consultée dans les quatre coins du monde 3.500 fois par heure en moyenne. Si la base de données IATE est alimentée par les services de traduction, elle est aussi gérée par des centres de coordination terminologique parmi lesquels, depuis 2008, l’Unité Coordination de la terminologie (TermCoord) du Parlement européen à Luxembourg. 

Le concept de base du projet de coopération entre l’UMONS et  TermCoord est justement  d’intégrer, dans un cours déjà existant au programme, des travaux terminologiques concrets, qui portent sur les domaines de législation de l’Union européenne et qui répondent aux besoins particuliers de l’IATE.  Toutes les langues officielles de l'Union européenne peuvent faire l’objet des travaux mais l'anglais ou le français doivent faire partie des langues sources ou cibles.

Pour la Faculté de Traduction et d’Interprétation–EII de l’UMONS, ce projet concerne une quarantaine d’étudiants ayant dans leur combinaison linguistique l’anglais et l’espagnol ainsi que quatre professeurs (deux de terminologie et deux de traduction spécialisée).  De nombreux étudiants Erasmus espagnols ont également eu la possibilité de se joindre au projet. Sur proposition du service de Traduction spécialisée et Terminologie, c’est le domaine de la micro-finance, une des spécialités de l’UMONS, sur lequel se porte le travail de ces étudiants avec pour objectif de développer un glossaire trilingue français, anglais, espagnol. 

Ce travail devrait se concrétiser définitivement à la fin du mois de mai 2013, quand les  termes seront envoyés à TermCoord pour la validation et l'insertion dans la base de données européennes IATE. Ces termes définis par les étudiants de l’UMONS seront repris dans une collection mentionnant le nom de l’université.  Et les étudiants dont le travail terminologique aura été inclus dans la base de données recevront un certificat de bonne participation au projet.

Les bénéfices d’un tel accord sont multiples.

  • Pour les étudiants, il s’agit tout d’abord d’une occasion exceptionnelle de se familiariser avec des institutions prestigieuses telles que le Parlement européen.  Chaque organisation ayant ses spécificités en termes de normes terminologiques, un tel projet plonge les étudiants dans un cadre professionnel réel avec toutes les exigences que cela implique.  Et ce caractère concret leur apporte un regain de motivation d’autant qu’il pourra être sanctionné par un certificat délivré par les services linguistiques du Parlement européen. Il s’agit aussi pour ces étudiants de comprendre concrètement l’apport de la terminologie dans le travail de l’expert et dans celui du traducteur. 
  • Pour les experts de l’UMONS qui participent au projet, c’est l’occasion de faire le point sur leur discipline, d’en résoudre toutes les ambiguïtés définitionnelles et de disposer en fin de projet d’une base de données terminologiques qui pourra être utilisée tant par les étudiants que par les chercheurs.
  • Enfin, pour l’unité de coordination de la terminologie du Parlement européen, il s’agit de se donner la possibilité d’alimenter et de réviser la base de données terminologiques européenne. 

 

Si ce projet-pilote est confirmé dans les années à venir, l’ambition première de l’UMONS est d’élargir le projet à d’autres langues, telles que l’allemand, l’italien ou le danois. Dans un second temps,  il s’agit de susciter plus d’intérêt pour la terminologie au sein des autres facultés de l’UMONS et de développer davantage de collaborations internes. 

Plus d'infos? 

Christine Michaux, FTI-EII, christine.michaux@umons.ac.be 

Marc Labie, CERMi, marc.labie@umons.ac.be