Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 

Les deux lauréats: Rémi Absil (en haut)
et Thomas Josse (ci-dessus).

Deux prix du Belgian Polymer Group pour des jeunes Doctorants de l'UMONS

Thomas Josse, Doctorant FRIA en troisième année de thèse au sein du Service des Matériaux Polymères et Composites (superviseur : Dr. Olivier Coulembier) et du Laboratoire de Synthèse et Spectrométrie de Masse Organiques (superviseur : Prof. Pascal Gerbaux), s'est vu décerner le Prix de la meilleure communication orale, remis par le Belgian Polymer Group lors de sa conférence annuelle organisée à Gand les 18 et 19 mai.

Lors de cette même conférence annuelle, un autre prix, celui de la meilleure communication par affiche, a été remis à un autre jeune chercheur de l'UMONS, Rémi Absil,  Doctorant boursier UMONS/UGent en 2e année de thèse au sein du Service des Matériaux Polymères et Composites (UMONS) (superviseur : Dr. Laetitia Mespouille) et du Polymer Chemistry Research Group (UGent) (superviseur : Prof. Filip Du Prez).

La présentation de Thomas Josse portait sur le développement d’une voie de synthèse verte de polymères à topologie cyclique. Ce travail s’inscrit dans la volonté actuelle d’éviter le recours à des substances toxiques et ainsi élargir le domaine d’application des matériaux polymères dans un secteur de pointe tel que le biomédical. Ce travail est né d’une collaboration entre l'Université de Mons et le prestigieux Karlsruhe Institute of Technology (Allemagne). Ces résultats ont par ailleurs été publiés dans "Chemical communication" cette année et ont été accueillis avec enthousiasme par la communauté des polyméristes.

L’affiche réalisée par Rémi Absil portait quant à elle sur le développement de microgels réticulés comme support de médicament in vivo. Ce travail s’inscrit dans la volonté d’améliorer le traitement des cancers du cerveau de type glioblastome dans les domaines biomédical et pharmaceutique. Ce travail est né d’une collaboration entre l’université de Mons et de Gand ainsi que le Karlsruhe Institute of Technology (Allemagne).