Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 

Une première thèse de doctorat pour la Faculté de Traduction et Interprétation – EII de l’UMONS

Ce jeudi 22 octobre 2015, Monsieur Cédric Lenglet, diplômé de la Faculté de Traduction et d'Interprétation - Ecole d'Interprètes Internationaux (FTI-EII) de l'Université de Mons, a soutenu avec succès une thèse de doctorat intitulée « Prosodie et qualité en interprétation simultanée : analyse et perception ».  Il s’agissait de la première thèse de doctorat soutenue à la FTI-EII.

Les travaux de recherche de Cédric Lenglet, financés à 100 % par une bourse de recherche UMONS, ont été réalisés sous la supervision du Professeur Christine Michaux, chef du service de Traduction spécialisée et terminologie.

La thèse de Cédric Lenglet étudie expérimentalement le lien entre les traits prosodiques typiques de l’interprétation simultanée et sa compréhension par les auditeurs, ainsi que leur perception de son aisance et de sa fidélité.

De manière concrète, deux groupes de participants (96 auditeurs informés, avec des connaissances contextuelles pertinentes, eu égard au sujet du discours, et 70 auditeurs moins informés) ont écouté un exposé technique de 20 minutes en allemand et son interprétation simultanée en français dans trois conditions (l’interprétation authentique, son shadowing et la lecture à haute voix de sa transcription par l’interprète). Ils ont ensuite répondu à un test de compréhension et évalué plusieurs paramètres de qualité.

L’analyse prosodique des trois versions révèle des différences d’organisation temporelle, de registre mélodique et d’interface prosodie/syntaxe. Selon les résultats de l’étude perceptive, la prosodie sui generis de l’interprétation n’a aucun effet négatif significatif sur sa compréhensibilité ni sur l’évaluation de son aisance. Quelle que soit la condition expérimentale, la perception subjective de l’aisance a un effet significatif sur celle de la fidélité. De plus, les auditeurs informés qui sont insatisfaits de leur compréhension tendent à juger que l’interprétation est infidèle.

Les résultats corroborent le caractère adéquat des normes professionnelles d’interprétation dans les conférences spécialisées, où les aspects verbaux priment les non verbaux. En outre, ils illustrent la pertinence d’une approche mixte de l’étude empirique de la qualité en interprétation, à la fois descriptive et fonctionnaliste, dans laquelle les traits situationnels de l’évènement communicatif sont décrits et contrôlés aussi rigoureusement que les paramètres linguistiques étudiés.

Plus d'infos sur ces recherches? cedric.lenglet@umons.ac.be ou christine.michaux@umons.ac.be