Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 
Facebook Twitter More...

Cinq nouveaux Docteurs Honoris Causa pour l'Université de Mons

Ce mardi 14 mai 2013, au terme d’une cérémonie solennelle qui s’est tenue dans l’amphithéâtre Van Gogh, le diplôme et les insignes de Docteur Honoris Causa ont été remis par le Recteur de l’Université de Mons (UMONS), M. Calogero Conti, à cinq personnalités de tout premier plan, en reconnaissance des services rendus à la société ou au développement de la science.

Les cinq nouveaux Docteurs Honoris Causa de l’Université de Mons sont :

 

Pour la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education (FPSE)

Robert HARE (1934), de l’Université de Colombie Britannique (Canada), dont les travaux sur la psychopathie ont permis d’élaborer des outils de diagnostic de ce trouble. Cliquez ici pour lire le discours de présentation du Prof. Hare prononcé lors de la cérémonie par le Prof. Thierry Pham (FPSE)

Pour la Faculté des Sciences (FS)

Wolfgang THOMAS (1947), de l’Université technique de Rhénanie-Westphalie (Allemagne), spécialiste de la théorie des automates, ses connexions à la logique et ses applications. Cliquez ici pour lire le discours de présentation du Prof. Thomas prononcé lors de la cérémonie par le Prof. Véronique Bruyère (FS)

Pour la Faculté Warocqué d’Économie et de Gestion (FWEG)

François MORIN (1945), de l’Université de Toulouse (France), ancien membre du Conseil général de la Banque de France, du Conseil économique et du Collège de la Commission de régulation de l’énergie, expert de la finance globale et de la crise actuelle. Cliquez ici pour lire le discours de présentation du Prof. Morin prononcé lors de la cérémonie par le Prof. Anne Heldenbergh (FWEG)

Pour la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme (FAU)

Françoise-Hélène JOURDA (1955), militante de l’architecture «durable» économe en matière et en énergie (France). Cliquez ici pour lire le discours de présentation du Prof. Jourda prononcé lors de la cérémonie par le Prof. Etienne Godimus (FAU)

Pour l’UMONS

Radhia NASRAOUI (1953), avocate tunisienne et militante des Droits de l'Homme, leader d'opinion du Printemps arabe, membre du Comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine. Cliquez ici pour lire le discours de présentation de Mme Radhia Nasraoui prononcé lors de la cérémonie par le Prof. Pierre Gillis. Mme Nasraoui a prononcé à l'occasion de la cérémonie un discours émouvant ayant pour thème : « Quel bilan de la situation des droits humains en Tunisie deux ans après la révolution? ». Elle a évoqué les acquis et les dangers auxquels son pays doit encore faire face sous le gouvernement actuel.


«L’Université  de Mons a  aujourd’hui le plaisir de décerner cinq diplômes de Docteur Honoris Causa, a déclaré le Recteur de l’UMONS, Calogero Conti, dont le discours est à lire également en intégralité ici. Quatre de ces cinq doctorats seront décernés sur proposition de nos Facultés à des personnalités scientifiques de tout premier plan. Il s’agit de Robert Hare pour ses apports majeurs dans le domaine de la psychopathie, Wolfgang Thomas pour ses activités de recherche dans le domaine  de la calculabilité en informatique, François Morin pour la qualité de ses recherches et de ses analyses économiques, portant en particulier sur l’évolution d’un capitalisme en profonde mutation et Françoise-Hélène Jourda, parce qu’elle incarne le parcours d’une véritable pionnière de l’architecture écologique et du développement durable. Le cinquième Doctorat Honoris Causa est décerné à l’avocate tunisienne Radhia Nasraoui. Si l’Université de Mons a voulu honorer Radhia Nasraoui, c’est pour la détermination dont elle fait preuve pour la défense des Droits de l’Homme, des libertés et de la démocratie en Tunisie. Elle l’a fait depuis 30 ans, avant le Printemps arabe, au point de devenir l’une des plus farouches opposantes au régime de Ben Alli. Elle continue aujourd’hui son combat dans un pays où  le changement de régime n’apporte pas les garanties espérées pour une société plus juste et plus démocratique ».