Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 


M. Di Rupo s'est vu remettre une lithographie représentant
une langue d'abeille prise au microscope et sur laquelle sont
posés quatre grains de pollens. Cette image, réalisée par un
chercheur de l'UMONS, fait partie de l'exposition "Explorer
l'Invisible".
__________________________________________________

Facebook Twitter More...

Salle comble à l’UMONS pour la conférence-débat du Premier ministre Di Rupo

Ce jeudi 18 avril 2013, le Premier ministre a pris part en soirée à une conférence-débat organisée à l’Université de Mons sur le campus de la Plaine de Nimy. Dans un amphithéâtre Van Gogh plus que plein, M. Di Rupo a répondu durant plus de deux heures aux questions qui lui furent adressées par une assistance attentive, composée de membres du personnel, d’étudiants et d’anciens de l’Université de Mons mais aussi de citoyens de la région montoise.

De nombreux thèmes ont été abordés : l’avenir des pensions, la crise actuelle et les fermetures d’entreprises, les mesures pour relancer l'économie belge, les difficultés de la construction européenne, la réforme du Sénat, le  séparatisme et même le coût de la future gare Calatrava.

Aucun sujet, lors de ce débat modéré par le Professeur Giuseppe Pagano (Faculté Warocqué d'Economie et de Gestion),  ne fut écarté. Et le Premier ministre prit soin de répondre point par point à chacune des questions, la resituant dans un contexte plus large de manière pédagogique et, par moments, humoristique. 

Dans son speech d’accueil, le Recteur de l’Université de Mons, M. Calogero Conti, a rappelé quant à lui le passé militant de l'étudiant Di Rupo dont le parcours universitaire l'amena à la Faculté des Sciences. Ainsi, c'est suite aux revendications relayées par le jeune Di Rupo auprès des autorités de l'Université de l'Etat, que fut abrogée, milieu des années septante, une règle interne qui voulait alors que l'on prévienne systématiquement les parents des étudiantes qui rentraient à leur kot au-delà d'une heure du matin...