Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 

Facebook Twitter More...

"TROUS NOIRS, TROUS DE VER ET VOYAGES DANS LE TEMPS"

Vers le passé, vers le futur, le voyage dans le temps est resté un thème privilégié des auteurs de science-fiction. Cependant, la science moderne est maintenant en mesure de se pencher très sérieusement sur le problème du déplacement temporel. Vulgarisateur hors pair, le Professeur Claude Semay a conquis un auditoire plus que comble ce mardi 5 novembre 2013 sur le campus de l'UMONS à Charleroi.

Le voyage dans le futur est théoriquement possible grâce à la théorie de la relativité restreinte d'Einstein, basée sur le postulat fondamental qui veut que la vitesse de la lumière dans le vide soit invariable et indépendante du mouvement de la source et de l'observateur. Conséquence : l'écoulement du temps dépend de la vitesse. C'est dans ce contexte que l'horloge à photons et le système de localisation de GPS entrent en scène pour démontrer, sans formule, le phénomène de dilatation du temps, la clé pour les voyages temporels.

La recherche fondamentale est donc utile à notre quotidien ! Si on reprend l'exemple du GPS, en sachant que la vitesse de la lumière se déplace à 300 000 km/s., les horloges doivent être précises au milliardième de seconde pour garantir une position exacte : une erreur d'un milliardième de seconde engendre une erreur de localisation de 30 cm. Sans la prise en compte de la dilatation du temps, on ne peut garantir une telle précision.

Imaginons un vaisseau spatial se déplaçant pendant un an dans l'espace à une vitesse de 99,99 % de la vitesse de la lumière. À son retour sur la terre, le reste de l'univers aura vieilli de 71 ans. La dilation du temps permet dans cet exemple de faire un bond dans le futur de 70 ans. Mais comment réaliser un tel exploit ? Il faudrait un astronef ultra-puissant consommant des milliers de tonnes de carburant d'antimatière. Sans espoir ? Le seul modèle théorique possible serait d'envisager de capter l'énergie nécessaire dans l'espace. Le voyage dans le futur n'est visiblement pas encore pour demain.

Et remonter le cours du temps? Il faudrait aller plus vite que la vitesse de la lumière en prenant un raccourci dans l’espace-temps. Oui, mais comment obtient-on deux trajectoires dans l’espace ? Depuis Einstein, on sait que le temps et l'espace peuvent être courbés ; c'est là que les trous de ver font leur apparition. Prenons une pomme et un ver. Pour se rendre d'un bout à l'autre de la pomme, le ver va faire un trou au lieu de suivre la courbure naturelle de la pomme. Dans l'espace, par analogie, cette structure reliant un point à l'autre s'appelle un trou de ver.

Par des simulations, le Prof. Semay est parvenu à démontrer qu'avec des trous de ver, un super engin spatial et la dilatation du temps, deux époques différentes pourraient être connectées. On pourrait ainsi remonter le temps, au moins jusqu'à la date de création de la machine temporelle.

Revenons à nos auteurs de science-fiction et les paradoxes temporels qu'ils affectionnent tout particulièrement. Les pistes qu'ils proposent pour les résoudre sont très différentes des solutions imaginées par les physiciens. Dans une boucle du temps, il faut apprendre à penser autrement.

Comment fabriquer ces machines, comment résoudre ces paradoxes temporels, comment trouver des trous de ver,...? Autant de questions abordées lors de cette conférence grand public et qui ont débouché sur des réflexions intéressantes. Avec humour et pédagogie, Claude Semay a rappelé l'importance de la recherche fondamentale qui permet de mieux comprendre la structure fondamentale de l'espace-temps. Et d'ajouter : "les chercheurs tentent de pousser jusque dans leurs dernières limites les théories quantiques du monde microscopique et de la relativité générale de l'univers pour, peut-être un jour, trouver une indication de la théorie qui permettrait de réconcilier ces deux grands monuments de la physique."

Retrouvez la vidéo de la conférence dans son intégralité sur le site http://charleroi-hd.tv/