Passer au contenu principal
Accueil
UNIVERSITE
FACULTES et ECOLES
ENSEIGNEMENT
RECHERCHE
INTERNATIONAL
L'UMONS à CHARLEROI
LA CULTURE
Go Search
English
Bannière
 
 

L'avenir économique de la Wallonie selon G. Pagano

L'UMONS sur son site de Charleroi a organisé une conférence en collaboration avec le Club Kiwanis Fontaine-l'Evêque - Morlanwelz dont le but premier était de récolter des fonds pour les enfants socialement défavorisés. Exposé du Professeur Giuseppe Pagano, Chef du Service de Finances publiques et de Fiscalité à la Faculté Warocqué d'Economie et Gestion.

Giuseppe Pagano a présenté ce 29 avril, devant une assemblée fidèle, sa propre synthèse du travail effectué, à la demande du Gouvernement wallon, par un groupe d'une vingtaine d'experts universitaires, de la Banque Nationale de Belgique et de l'Iweps, dont il était l'un des 4 coordinateurs.

Le contexte dans lequel s'inscrit cette analyse est caractérisé, en Belgique comme dans la Zone Euro et dans l'Union européenne, par une croissance faible et un niveau de chômage particulièrement inquiétant. En Belgique, s'y ajoutent les différences inter-régionales de richesse qui alimentent les tensions politiques, et conduisent à une décentralisation sans cesse plus profonde de l'Etat. La 6ème réforme de l'Etat et la nouvelle loi de financement qui l'accompagne, avec une plus grande autonomie fiscale pour les Régions et, au-delà d'une période transitoire de 10 à 20 ans, une limitation des mécanismes de solidarité, rend plus nécessaire que jamais la création d'une base économique wallonne forte et stable.

De l'analyse des experts, G. Pagano retient d'abord qu'"il est nécessaire d'améliorer le bien-être matériel des Wallons, c'est-à-dire le revenu disponible, littéralement l'argent dont les Wallons disposent pour vivre mois après mois". En effet, "s'il fut un temps où la Région wallonne était la plus productive, avec un PIB plus élevé que la Flandre", en 1963, la situation s'inverse et les courbes se croisent ; depuis lors la différence de Région entre la Flandre et la Wallonie s'est creusée. Si ces dernières années, cet écart s'est stabilisé, l'inversion de la tendance est encore peu perceptible.

Pour schématiser le diagnostic établi par les experts, ce qui fonctionne chez nous c'est la solidarité, la mobilité et la création de nouvelles entreprises et ce qui ne va pas c'est la création de richesse, la productivité et le trop peu d'entreprises subsistant au-delà de 5 ans.

Au regard de ce constat, le rapport stratégique propose, dans ses grandes lignes, de développer la production et la richesse sur le territoire wallon (les Wallons étant par ailleurs plus mobiles qu’on le dit généralement), en favorisant la pérennisation des entreprises (le taux de création étant déjà meilleur qu’en Flandre) et leur croissance, et en améliorant la productivité des entreprises.

Les défis sont donc de taille pour espérer une croissance forte car si les Wallons commencent à recueillir les premiers fruits des plans Marshall, dont la dernière version, Marshall 2022, le chemin à parcourir pour redresser l'économie wallonne reste long. Le travail des experts universitaires permet, cependant, d'en définir assez clairement les contours.