Passer au contenu principal
Retour vers la liste des services
Accueil Faculté ou Institut
Go Search
English
Bannière
 

Processus et objets de la réflexivité en contexte de formation initiale d'enseignants secondaire supérieur

Chercheurs

Antoine Derobertmasure

Mots-clés

Formation initiale d’enseignants – Réflexivité – Analyse de contenu

Résumé

En Communauté française de Belgique, la formation initiale des futurs agrégés de l’enseignement secondaire supérieur est régie par un décret datant du 08 février 2001. Cette formation est structurée selon quatre axes et vise le développement de treize compétences. Réparti sur un total de cent heures, l’axe des savoir-faire se focalise sur le développement de trois des treize compétences : des compétences relationnelles liées aux exigences de la profession ; la planification, gestion et évaluation de situations d’apprentissage et des compétences de réflexivité. Pour ce faire, l’Institut d’Administration scolaire de l’Université de Mons a mis en place, dans la cadre de cette agrégation, un dispositif de formation dans un « contexte de laboratoire » (De Cock, 2007, p. 19) par micro-enseignement (Hatton & Smith, 1995 ; Paquay & Wagner, 2001 ; Wagner, 1998), vidéoscopie (De Cock, 2007 ; Ferry, 1995), adaptation de l’autoconfrontation simple (Amigues, Faïta & Saujat, 2004 ; Faïta & Vieira, 2003 ; Yvon & Garon, 2006) et remise d’un écrit de type réflexif (Scheepers, 2005 ; Jorro, 2005).

L’amélioration des dispositifs de formation des enseignants constitue un enjeu sociétal ; en effet, il existe des enseignants plus efficaces que d’autres. C’est ce que certains auteurs ont nommé « l’effet-maître » (Bressoux, 1994, 2001 ; Durand, 1996). L’« effet-maître », lorsqu’il est positif, améliore les résultats scolaires d’un grand nombre d’élèves (impact au niveau de l’efficacité) et particulièrement ceux des plus désavantagés (impact au niveau de l’équité). La formation des enseignants et la recherche concernant la formation des enseignants sont donc intimement liées.

Dans le cadre de sa thèse, Antoine Derobertmasure étudie la phase postactive de l’enseignement, c’est-à-dire, ce que les enseignants en formation initiale, grâce au visionnement de leur prestation, expriment au sujet de leur pratique. Cette analyse concerne deux aspects : l’un s’intéresse aux processus réflexifs mobilisés (Van Manen, 1977 ; Hatton & Smith, 1995 ; Sparks-Langer, Simmons, Pasch, Colton, Starko, 1990 ; Jorro, 2005) et l’autre porte sur les objets de la situation enseignement apprentissage au sujet desquels les étudiants s’expriment (aspects didactiques, aspects organisationnels, aspect relationnels, aspect pédagogiques, aspects cognitifs…).

Cette analyse est mise en lien avec les résultats de la thèse préparée par Arnaud Dehon au sujet des gestes professionnels. La mise en relation des résultats permet de répondre aux types de questions suivantes : quelle cohérence entre le discours et l’action ? Des moments critiques sont-ils identifiés par l’étudiant en formation ? Comment justifient-ils certains aspects de leur pratique ?

Public-cible

Chercheurs en éducation – Formateurs d’enseignants

Durée de la recherche

6 ans

Commanditaire

 Thèse UMONS